Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 7 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine Chahut et prodiges, Coup de canon 2008

Un beau travail fait sur ce vin facile à boire.


Agenda

Stéphane Othéguy

mercredi 4 février 2015, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Rencontre avec un vigneron qui cultive la dignité et vinifie la politique.

Stéphane Othéguy, né en Gironde en 1965, a travaillé à partir de 1996 comme ouvrier agricole chez Vincent Gasse, puis a repris le domaine en 2004. La reprise d’un domaine en bio dans les vignes comme au chai n’est pas un hasard, c’est la volonté de ce paysan-vigneron engagé. La région d’Ampuis, et particulièrement l’AOC Côte-Rôtie (juste un peu plus de 200 hectares), offre des vins aujourd’hui très prisés et dont les prix ont connu une forte inflation. Les caractéristiques de ce terroir permettent à la syrah de s’y exprimer avec une grande finesse, même si chaque vigneron a ici son style.

Au total, Stéphane exploite des vignes en AOC Côte-Rôtie, Saint-Joseph et Condrieu, plus environ 0,3 ha exploité en Vin de table (sur trois cépages), le tout complété par environ 5 ha pour les fruits (poiriers, vignes, pommiers, et 3-4 figuiers) en agriculture biologique certifiée (avec mention Nature et Progrès), 3 ha de prairies et 8 ha de bois. Stéphane a commencé à planter des abricotiers pour renouer avec une tradition locale ; il a choisi la variété d’abricots ampuisais mais n’exclut pas des essais avec de nouvelles variétés tout en restant, comme pour les autres fruitiers, sur des plantes rustiques et résistantes.

Les vignes pour sa nouvelle cuvée de Saint-Joseph ont été plantées dans l’herbe en misant sur la concurrence afin de motiver les racines à plonger naturellement pour nourrir la plante. Du coup, les pieds n’ont pas tellement poussé « vers le haut » au début, mais finalement c’est un enracinement parfait et déjà des jus intéressants.
Ce jeune paysan vigneron travaille dans la plus pure tradition, avec un beau patrimoine de serines (ancienne syrah locale) issues de sélections massales. Il a repris le domaine après une période en doublure avec le vigneron qui prenait sa retraite. Le domaine est travaillé en agriculture biologique certifiée depuis son origine (1988).

« Mais le bio, pour moi, c’est d’abord une réflexion politique. »

Stéphane travaille en harmonie avec la nature et il a choisi de lutter contre l’herbe manuellement et mécaniquement, sans produit désherbant, même si les produits chimiques s’avèrent très pratiques dans les coteaux particulièrement pentus. Cela représente beaucoup de travail. Les terres sont rééquilibrées en matières organiques et compost, les traitements sont uniquement réalisés au soufre, cuivre et oligo-éléments.

Les pratiques bio sont prolongées jusqu’aux techniques de vinification en cave. Là aussi la volonté est de restituer au mieux les qualités du terroir en intervenant le moins possible dans une transformation naturelle des raisins en vin.

« Mais le bio, pour moi, c’est d’abord une réflexion politique », interpelle Stéphane Othéguy. Il pense que le bio ne coûte pas plus cher aux consommateurs car c’est plus un problème de calcul : « Le bio fait payer directement la dépollution (ou la non-pollution), tandis qu’avec l’agriculture consommatrice de produits polluants, la dépollution se paye sur la facture d’eau par exemple » dit-il.

Ce paysan-vigneron milite activement au sein de la Confédération paysanne en faveur d’une autre agriculture, plus respectueuse du travail, des agriculteurs et de l’environnement. Il explique qu’« il faut rendre leur dignité aux agriculteurs et retrouver le respect de notre terre par une agriculture à taille humaine, avec des travailleurs qui vendent leurs produits au juste prix de leur travail, sans devoir vivre d’aides financières compensatrices ». Et il souhaite qu’avec de petits exploitants on relocalise de nouveau la production, la transformation et la consommation des produits.
Quand on lui demande son métier, il insiste sur la terminologie « paysan-vigneron » ; c’est une manière de souligner le retour à la terre, au respect et à la qualité.


Repères :

Stéphane Othéguy
Chemin Chez Maurice
38138 Les-Côtes-d’Arey
Téléphone : 04 74 58 94 43
otheguy@club-internet.fr

  • Surfaces : presque 3 hectares, dont un peu plus de 1 ha en Côte-Rôtie (avec environ la moitié en massales) et environ 0,6 ha de Saint-Joseph et 0,2 ha en cépages
    Serine (sélection massale de vieille syrah locale), syrah, gamay, pinot noir, viognier et marsanne.
  • Cuvées : Condrieu, Saint-Joseph (rouge), Le Temps des cerises (Saint-Joseph
    rouge), Côte-Rôtie, Les Massales (Côte-Rôtie), Une Quille de marsanne (Vin de France), Une Quille de gamay (Vin de France), Une Quille de pinot (Vin de France).
  • Prix : de 10 à 45 €.

Le choix de Septime & Baraou : Le Condrieu, fruité et aérien.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.