Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 12 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Vincent Gaudry

mercredi 11 mars 2015, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Ado, Vincent Gaudry était rendu malade par les antifongiques de la vigne. Il s’en est vengé en devenant un grand de la biodynamie.

La notoriété initiale de Sancerre s’est faite sur le fromage de chèvre. Les exploitations pratiquent la polyculture, les femmes s’occupent des chèvres et font le fromage. Traditionnellement, à l’acheteur de fromage, on offre un verre de sauvignon. Par extension, on prend l’habitude de parler de sauvignon de Sancerre. À l’obtention de l’AOC, en 1936, certains producteurs vendent sur Paris leur production et le sauvignon de Sancerre gagne en renommée.

Le domaine de 9 hectares est familial. Vincent quitte l’école à seize ans et travaille au domaine sous les directives de son père en tant qu’aide familial. Plus habile sur un tracteur que son père, il a en charge, en particulier, d’effectuer les traitements. Mais au bout d’un an, il décide de changer les pratiques culturales. Les traitements antifongiques le rendent malade. Vincent précise : « À chaque traitement j’agonisais pendant deux jours sur un canapé, comme si on m’enlevait les tripes avec une paire de tenailles ».

Vincent n’est pas toujours bavard mais c’est un vigneron de caractère, un caractère bien trempé qu’on retrouve dans ses vins

Au début il supprime les désherbants et tous les produits systémiques. Deux ans après, il rejette tous les produits pénétrants et ainsi ne traite qu’avec des produits de contact, le soufre et le cuivre. Le bio ne l’intéresse pas vraiment, jusqu’à la crise de la vache folle. Pour ne pas être noyé dans la masse et montrer qu’il travaille différemment, il débute sa conversion en AB pour au final être certifié en 2002. Mais la logique des traitements ne lui convient pas, Vincent veut amener sa vigne jusqu’à un état où elle n’aurait plus besoin de traitements. Il assiste alors à une conférence de Nicolas Joly (Coulée de Serrant, spécialiste de la biodynamie pour les vignes) et sera certifié Demeter en 2004.

En cave, Vincent n’utilise aucun entrant, hormis le soufre ajouté à la mise (sauf pour la cuvée À mi-chemin). La vinification est naturelle, avec des fermentations sur les levures indigènes et naturelles. Pas de bluff ici, Vincent aime sa terre et veut des vins vrais, purs et nets. Élevées soit en cuves inox, soit en fûts, certaines cuvées sont filtrées sur terre, notamment celles destinées à l’export. Vincent n’est pas toujours bavard mais c’est un vigneron de caractère, un caractère bien trempé que l’on retrouve dans ses vins ; il n’hésite pas à comparer les pratiques locales quand on aborde le sujet.

Ce jeune vigneron dit réaliser des vins « avec humilité pour procurer du plaisir aux consommateurs ».


Repères :

VIncent Gaudry
Petit Chambre
18300 Sury-en-Vaux
Tél. : 02 48 79 49 25
06 86 45 79 85
www.vincent-gaudry.com

  • Surfaces : 9 hectares, dont 1 ha en rouge.
  • Cépages : sauvignon, pinot noir.
  • cuvées : blancs : Le Tournebride, Mélodie de vieilles vignes, L’Esprit de Rudolf. Rouges : Le Sang des serfs, Vincengétorix et, selon les années, À mi-chemin (sans
    soufre).

Le choix de Septime & Baraou
Mélodie de Vieilles Vignes, un sauvignon de Sancerre qui s’ouvre sur des notes minérales.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.