Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 20 visiteurs sur le site !
Focus

Daniel-Etienne Defaix - Domaine du Vieux Château, Chablis Premier cru Vaillon 1981

Un vin toasté / beurré tout en rondeur. Un grand moment de dégustation. Superbe.


Agenda

Domaine Les Maisons rouges

mardi 17 mars 2015, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Élisabeth et Benoît Jardin avaient une passion, le cheval. Le couple a tout lâché pour des vignes, dans une région sinistrée qu’il a su faire revivre.

Ils ont eu la chance de pouvoir se nicher dans l’une des plus grandes régions de production viticole, Jasnières. Pourtant le vignoble n’a pas résisté aux crises successives du siècle dernier et tout est à reconstruire. Vaste aventure mais au final la qualité de leur vin mis en bouteille est la récompense réjouissante du travail accompli. Au départ, Élisabeth et Benoît Jardin souhaitaient s’orienter vers l’élevage de chevaux pour l’équitation. En manque de fonds, ils y renoncent et poursuivent leurs études, puis travaillent dans le secteur informatique. Après une douzaine d’années, leur vie ne leur donne pas entièrement satisfaction, ils veulent revenir à la terre. Entre-temps, ils sont devenus des amateurs de vins. Pourquoi ne pas tenter d’être vigneron et créer ses propres vins ? Retour aux études, un BTS viti-oeno par correspondance au lycée agro-viticole de Blanquefort et les premiers stages. Benoît fait le sien en Champagne, Élisabeth à Jasnières, chez Bénédicte De Rycke. Stage décisif : le couple décide en 1994 de s’installer à Jasnières. Mais surtout, on ne plongera pas dans une spirale de l’endettement, à se retrouver « à faire le vin que veut le banquier » comme le souligne Benoît. Le couple préfère « maîtriser leur croissance, à la fois celle des ventes mais aussi de notre connaissance du terroir ». Ils ne prennent que 1,5 hectare, jugent prudent de conserver leur travail d’informaticien ; Élisabeth à mi-temps et Benoît à plein temps. Il faut attendre 2004 pour que Benoît puisse se consacrer totalement au domaine.

Leur installation dans leur domaine de Jasnières est loin d’être évidente, il n’a pas survécu aux crises successives. Alentour, il n’y plus qu’un seul vigneron à se trouver à la tête d’un vignoble historique et réputé, Joël Gigou. Et il revient de loin. Dans les années 1960, il ne restait plus que 10 ha déclarés en appellation, pour le reste « on faisait pisser la vigne » comme dit une expression du métier. Petit à petit, à la suite de Gigou l’irréductible, sont venus se greffer des petits domaines de quelques hectares, grappillés par des néo-vignerons un peu vaillants, et croyant aux qualités du terroir endormi.

Benoît et Élisabeth tombent « amoureux » du pineau d’Aunis. Vieux cépage de la
Loire, son aire de plantation se limite quasiment aujourd’hui aux Coteaux-du-Vendômois et à la vallée du Loir. « On a mis des années à le domestiquer. Aujourd’hui on fait partie des quelques vignerons qui sont reconnus sur ce cépage, symbolique du terroir reconquis », savoure Benoît Jardin. Pour préserver ce potentiel, la vinification est parcellaire avec des élevages séparés. Mais les débuts ont été très difficiles. Ils ont conservé toutes les vignes des parcelles achetées et elles ont pris du temps, jusqu’à sept ans, pour se remettre à produire correctement. Exemple édifiant de leur travail acharné : la parcelle du Clos des Jasnières, 2 ha de vignes vieilles de soixante-dix ans acquis en 2003, n’avait plus été taillée depuis belle lurette. La friche retapée s’est mise à revivre pleinement au millésime 2009. « Mais il y a parfois des mauvaises surprises, prévient Benoît. Quand on retravaille les sols, si les vignes ont été replantées avec des calbrettes [ceps issus de marcottage], comme elles sont très peu enracinées, elles sautent. Dans ce cas il faut donc replanter. »

Convaincus qu’il faut travailler les sols et favoriser la vie microbienne pour faire des grands vins, ils ne font « appel à la chimie » que lors des années pluvieuses. Le travail des sols permet à la vigne de trouver un équilibre et d’être moins sensible à la pourriture, avec une peau de raisin qui gagne en qualité. Le domaine passe en bio en 2000 avec un début de certification en 2007. La biodynamie vient naturellement compléter ce travail. En cave, c’est le contact lors de leur formation avec des vignerons bourguignons qui les influence ; l’élevage s’effectue sur lie en barrique afin de faire des grands vins de garde.

Désormais, le domaine accueille des chevaux, un peu pour l’attelage, surtout pour l’équitation. Les essais avec des percherons ne les ont pas convaincus de réintroduire le cheval dans la vigne.

JPEG - 92 ko
Benoit et Elisabeth Jardin

Repères :

Domaine Les Maisons Rouges
26, route des Hautes-Touches
72340 Ruillé-sur-Loir
Tél. : 02 43 79 50 09
06 87 14 45 51
mr@maisonsrouges.com
www.maisonsrouges.com

  • Surfaces : 7 hectares.
  • Cépages : pineau d’Aunis, chenin.
  • Cuvées : en Jasnières (chenin) : L’Éclos, Molières, Sur le nez, Inclinaison. En Coteaux-du-Loir : Dans les perrons (chenin), Garance et Alizari en rouge.
  • Prix : de 9 à 29 €.

Le choix de Septime
Garance, une expression du pineau d’Aunis extraordinaire pour un vin tout en légèreté.

Le choix de Baraou
L’Éclos, pour son bel équilibre sec.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.