Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 21 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine Chahut et prodiges, Coup de canon 2008

Un beau travail fait sur ce vin facile à boire.


Agenda

Le Grand Cléré

lundi 9 décembre 2013, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Comment le jazzman François Blanchard sait tenir la note bleue de qualité sur ses vignes.

Musicien de jazz avant tout mais vigneron au plus profond de lui-même, François Blanchard a été rattrapé par son amour de la nature et par ses souvenirs d’enfance liés au vin et à son grand-père. Il a repris le domaine familial laissé à l’abandon, non sans difficultés.

Ses aïeux se sont installés comme agriculteurs dans la région à la fin du XIXe siècle, et deviendront pépiniéristes. Son grand-père, agronome, a mené d’intenses expérimentations et planté jusqu’à plus de deux cents cépages alsaciens ou bordelais, mais aussi de nombreux hybrides. Las, s’il a formé son petit-fils à l’art de dégustation et à la définition d’un beau vin, il n’a pas transmis son savoir-faire au reste de la famille. Le domaine est parti à la dérive. Les histoires de famille sont parfois noueuses et atteintes de gélivité, comme de vieux ceps délaissés.

François s’accroche à ce métier familial, et s’y est même formé. Il acquiert une parcelle de 3 hectares, plantée par ses parents à sa naissance. La vigne est colonisée par les ronces, qu’il libère à coups furieux de sécateur. Ce petit vignoble retapé devient son laboratoire. Il récupère des vieux pressoirs en bois et s’installe dans l’ancienne écurie, au nez et à la barbe du grand-père. À la mort de l’aïeul et de son père, en 2005, il récupère avec son frère le domaine parti à vau-l’eau.

Quand on lui demande de se définir, François Blanchard se qualifie en rigolant de « bio-préhistorique ».

L’exploitation familiale sera sauvée. Mais pas n’importe comment. Quand on lui demande de se définir, François Blanchard se qualifie en rigolant de « bio-préhistorique ». Il considère la nature comme « une grande bibliothèque du vivant : s’y promener c’est en parcourir les pages. Chaque jour étant une nouvelle leçon. » Plutôt que d’être un vigneron dominateur, haut perché sur son tracteur, il veut « faire partie de l’écosystème ». Comme les travaux de la vigne, le travail à la cave est ajusté sur les rythmes saisonniers. L’hiver est une période d’hibernation pour les levures et les bactéries, les températures ne sont pas propices à leur développement. De même, s’il fait froid, les particules tombent au fond des fûts et le vin se clarifie naturellement. À l’arrivée du printemps la vie reprend ses droits, le vin se réveille. L’été voit le maximum d’activité pour les levures et les bactéries. Il faut donc un cycle complet, soit un an, pour que le vin se stabilise. François ne traite plus depuis près de dix ans, se contentant de préparations élaborées à partir des plantes récoltées sur le domaine : ortie, bardane, prêle, sont travaillées en extrait fermentaire ou en tisane. Si 2007 n’est pas facile, 2008, année à mildiou, est catastrophique : aucun raisin n’est vendangé. Une véritable claque. Pour limiter les pertes d’argent en cas d’autres années sans raisin, il décide de faire de la bière et de produire sa propre céréale maltée. Un demi-hectare d’orge est planté, la microbrasserie est en cours d’installation ; à court terme il devrait réaliser une bière lambic, à fermentation spontanée sans ajout de levures.

Fourmillant de projets, il envisage d’accueillir des scolaires lors des prochaines vendanges, pour leur faire connaître le travail de la vigne et leur donner envie. Avec son frère, un théâtreux, il espère ouvrir un « cabaret » pour mieux faire revivre un monde rural trop isolé.


Repères :

Le Grand Cléré
Château du Perron
37120 Léméré
Tél. : 02 47 95 75 26
contact@françois-blanchard. com
www.francois-blanchard.com

Surfaces : 4,5 hectares.
Cépages : Gewurztraminer, sauvignon et cabernet franc, auxquels s’ajouteront bientôt chenin et chardonnay.
Cuvées : Pour 2010 : Violoncelite, Sauvignon, Pétillant naturel du Grand Cléré (produit seulement les années où les conditions de fermentation sont favorables).
Les cuvées dépendent des productions. Fin 2013, on relève deux pet nat en 100% Sauvignon élevé pour l’un 12 mois en barrique, pour l’autre 12 mois en cuve, Gewurztraminer 2011, Sauvignon 2011 élevé 24 mois, Sauvignon 2012 élevé 12 mois, Rosé 2011 de cabernet-sauvignon, Cabernet franc et sauvignon 2010, Cabernet franc et sauvignon 2011, Cabernet franc et sauvignon 2004 élevé neuf ans en fût.
Prix : de 10 à 25 €.

Le choix de Septime
Gewurztraminer 2011 pour son côté complètement atypique.
Le choix de Baraou
Violoncelite, un vin 100 % cabernet franc à la chair pleine comme une musique chaleureuse.


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.