Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 16 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Domaine Le Bouscas

jeudi 28 octobre 2010, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Floréal Romero est un vigneron installé depuis 2001 dans le Gers, pays légendaire de la gastronomie de terroir. Il y travaille en biodynamie.

Floréal Romero. À en croire le roman familial, ce vigneron d’origine espagnole descendrait de Cervantès, le père de Don Quichotte… Floréal a été élevé en région parisienne, à Pontoise. Il cultive les vignes de son domaine et vinifie le plus naturellement possible. Les vignes locales sont liées à l’histoire de l’armagnac mais ici, nous sommes loin des productions industrielles gasconnes.

Dans une nature vallonnée à perte de vue, au coeur du Gers, pays aux mille châteaux, l’environnement naturel de la Ténarèze accueille le domaine Le Bouscas, qui a plus de deux siècles d’existence. Avec ses vignes bordées de prairies, de bois, de ruisseaux, c’est un havre de paix et de vie, un petit coin de paradis que l’on retrouve dans chacun de ses vins.

Sur des sols argilo-calcaires et rocheux, les vignes bien travaillées, d’une moyenne d’âge de trente ans, produisent avec un faible rendement. Quatre cépages sont exploités : merlot, tannat, ugni blanc et colombard. De jeunes vignes de cabernet franc rentreront bientôt en production.

Chaque cépage est vinifié séparément, ce qui donne quatre cuvées. Une cinquième, La Dulcinée, issue de colombard botrytisé (c’est-à-dire affecté par le champignon botrytis cinerea) et/ou passerillé (réduit par la chaleur), est produite uniquement les années où les conditions le permettent. Avec le millésime 2010, une nouvelle cuvée voit le jour et c’est un rosé de tannat !

Quatre cépages sont exploités : merlot, tannat, ugni blanc et colombard. De jeunes vignes de cabernet franc rentreront bientôt en production.

Floréal s’investit avec courage dans son travail, pour un résultat qualitatif étonnant. Bizarrement, il n’a pas encore bénéficié de la reconnaissance à laquelle on pourrait s’attendre, et qui viendra un jour ou l’autre. « Travailler pour le plaisir, c’est bien, mais si tu ne peux pas te payer un salaire, c’est que tu as raté quelque chose. » En attendant, il n’hésite pas à se remettre en question et considère chaque incident comme une expérience dont il doit tirer les enseignements pour progresser en tant que L’histoire de la cuvée Ar Garedig est à cet égard instructive : elle montre l’art de Floréal à affronter les difficultés et à les transformer. En cette année 2005, le vigneron voit son activité mise en péril par des difficultés financières. Quelques cavistes (trop peu nombreux) le soutiennent, notamment l’un deux, à Brest, qui lance une opération de vente spéciale. Touché, Floréal dédie aux Bretons une cuvée produite sur la base de La Dulcinée, avec un élevage de quatre ans en fûts d’acacia, cuvée qui portera bien entendu un nom breton : Ar Garedig (approximativement « La Dulcinée »).

Faute de trésorerie, Floréal n’a pas modernisé à temps son chai et sa récolte du millésime 2009 n’a pas pu être vinifiée à la hauteur de ses critères. Il a vendu le vin en vrac et a modifié ses priorités – toujours tirer un enseignement des expériences. C’est grâce à la réactivité de quelques cavistes et de clients particuliers mobilisés via les réseaux sociaux que le domaine peut faire face. Aujourd’hui, il travaille ses vignes pour que toutes soient « au niveau », ce qui laisse espérer des vins à venir encore meilleurs.

Il faut donc prendre rendez-vous avec Floréal Romero et passer par Le Bouscas quand on visite le Gers, afin de découvrir cette autre expression des vignes de Gascogne, sans négliger pour autant les très bons armagnacs.

Floréal Romero, domaine Le Bouscas. Il n'hésite pas à dire du mal de ses vins. Une franchise qui fait mouche et qui permet de mieux comprendre ce qui est proposé à la dégustation.


Repères :

Domaine Le Bouscas
32330 Gondrin
Tel : 05 62 29 11 87

  • Surfaces : 9 hectares dont 8 en production.
  • Cépages : Merlot 11%, tannat 12%, ugni blanc 37%, colombard 40%, et un peu plus d’un hectare de cabernet franc, des jeunes vignes bientôt en production.
  • Cuvées : Sang chaud (tannat), Sang froid (merlot), Sang clair (rosé de tannat), Vaïhana (ugni blanc), Maeva (colombard), La Dulcinée (liquoreux de colombard).
  • Prix : De 6 à 10 €, et 20 € pour le liquoreux en 50 cl.

Le choix de Septime
Sang chaud, un vin tout en rondeur, soyeux à souhait, réconfortant quand on est à la recherche d’une douceur.

Le choix de Baraou
Ar Garedig, une cuvée très limitée, produite une seule fois sur la base de La Dulcinée 2003 mais élevée en fûts d’acacia et oxydée. Elle offre une grande complexité fruitée avec une pointe résineuse.


Par bonnet dominiquele 7 décembre 2013 : Domaine Le Bouscas

COMMENT VOUS AIDER ??


Répondre a ce message

    Par Monsieur Septimele 8 décembre 2013 : Domaine Le Bouscas

    Bonjour,

    Vous pouvez prendre directement contact avec Floréal : romero-floreal@wanadoo.fr

    Cordialement,

    Septime

    Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.