Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 19 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Domaine Jambon

mercredi 29 janvier 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Philippe Jambon crée de merveilleux vins de table et fustige les dérives de l’AOC.

Philippe Jambon est entré dans le vin par passion mais est très vite sorti du système des AOC. Depuis 2006, le domaine ne produit avec fierté que des cuvées en Vin de table de France. Morale des lieux : le vin doit être apprécié pour ce qu’il est et non pour son appellation. Jouant à fond la transparence, il veut mettre en place une véritable relation de confiance entre le producteur et le consommateur.

À la sortie du collège, Philippe Jambon veut déjà être viticulteur. Mais c’est l’âge d’or du Beaujolais et il est difficile de trouver des vignes pour s’installer quand on n’est pas soi-même d’une famille de vignerons. À la fin de ses études, il travaille en tant que commis sommelier en grande restauration. C’est un chef cuisinier originaire de Beaujeu qui lui fera découvrir les vins naturels et l’émotion qu’ils suscitent. C’est le déclic.

En 1993, il quitte la restauration et suit une formation en viticulture pour adultes. Pas riches, Catherine et Philippe recherchent de beaux terroirs en Beaujolais-Villages avec un gros potentiel afin de ne les payer trop cher. Le domaine est créé en 1997 avec un hectare, et 30 ares de blanc sur la commune de Fuissé y sont adjoints l’année suivante. C’est le garage du pavillon familial qui fait office de cuvier.

Dès le début, la conduite de la vigne est menée de façon traditionnelle, sans produits chimiques ; la certification en agriculture biologique est demandée en 1999 et obtenue en 2002 (Ecocert). Philippe ne fait pas plus de ramdam que ça sur le label AB, car il souhaite que ses vins soient appréciés pour ce qu’ils sont, non parce qu’ils sont bio.

Les rouges ne sont plus soufrés depuis 2000, les blancs depuis 2003. Avec des vignes en coteaux, l’enherbement est présent afin de lutter contre l’érosion et le lessivage des sols. Les raisins sont les plus sains possible, sans chimie, et l’élevage sur lies est long. S’il produit des vins primeurs (« nouveaux ») comme les autres producteurs de la région, il refuse de les mettre systématiquement en vente à la date légale. Pour lui, c’est au vin de choisir sa date et il n’est pas rare que ses primeurs ne soient commercialisés qu’à partir de janvier ou février. Ce sont des vins avec plus de rendement et moins d’élevage, donc plus fruités. Avec un vignoble très au nord, bien au-dessus de l’arène granitique, les Beaujolais-Villages produits ne sont pas typiques de l’appellation – ils ont parfois été refusés à l’agrément.

Morale des lieux : le vin doit être apprécié pour ce qu’il est et non pour son appellation.

En 2006, il sort sans complexe de l’appellation et produit ses premières cuvées, blancs et rouges, en Vin de table. L’une d’elle a été baptisée d’un nom en clin d’oeil, La Tranche. Pour ce vigneron, l’AOC est aussi un outil marketing que l’on a mis en place lors d’une période de crise. Selon sa thèse, le consommateur ne sélectionnerait son vin que sous la tyrannie d’une notation AOC. De même, Philippe ne peut que regretter la plantation des terroirs secondaires qui ont plus vocation à être « le pré du cheval et des vaches » que des terres à vigne, ce qui vide ainsi les appellations de leur sens. Il constate une perte de confiance du consommateur, qui oblige les producteurs à toujours être à la recherche de nouveaux marchés.

Le domaine pratique le négoce afin de compléter les revenus dans les années difficiles. Débutée en 2002, cette activité a été mise en sommeil jusqu’en 2008, année où la grêle causa des dégâts importants sur le vignoble.

JPEG - 88.4 ko
Philippe Jambon, Beaujolais / Mâcon

Repères :

Philippe Jambon
Vers l’église
71570 Chasselas
Tél. : 03 85 35 17 57
philippejambon@aol.com

  • Surfaces : 3,5 hectares.
  • Cépages : gamay, chardonnay.
  • Cuvées : Une Tranche, Baltaille, Oh Balmont, Roche noire, Ganivet, Jambon blanc.
  • Prix : de 10 à 20 €.

Le choix de Septime
Jambon blanc, un très beau vin blanc sans soufre.

Le choix de Baraou
La Grande Bruyère, un blanc ample et profond.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin sur le site de François Bourin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.