Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 9 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Monastère de Solan

vendredi 16 janvier 2015, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Un vin élaboré par des soeurs orthodoxes qui ont toujours travaillé en agriculture biologique, sur les terres du monastère et domaine de Solan.

En 1978, deux religieux français formés à la vie monacale en Grèce, envoyés par leur supérieur pour implanter une fondation en France, s’installent à Saint-Laurent-en-Royans. Trois ans plus tard, trois femmes suivent leur enseignement. Elles acquièrent des bâtiments en 1985 et fondent le monastère de la Protection de la Mère de Dieu. Dix ans plus tard, la communauté compte huit sœurs et une novice. L’économie du monastère, basée sur des ateliers de couture d’ornements liturgiques, ne suffit pas à ses besoins pourtant frugaux.

Durant l’hiver 1991, une opportunité se présente et les soeurs la saisissent. Elles achètent une maison mais aussi l’exploitation agricole attenante et s’installent à Solan. Si le monastère conserve son nom d’origine, il est désormais plus connu sous le nom de Solan, et le vin ne semble pas étranger à cette notoriété. Dès leur arrivée, le travail est bio, mais elles se confrontent très vite à beaucoup de difficultés qui suscitent bien des questions sur le type d’agriculture qu’elles doivent suivre. Une rencontre avec l’écologiste philosophe Pierre Rabhi convainc les sœurs de persévérer de travailler en agrobiologie.

Une rencontre avec l’écologiste philosophe Pierre Rabhi convainc les sœurs de persévérer de travailler en agrobiologie.

Suivant les conseils de ce poète de la terre, elles font un inventaire des ressources du domaine et décident de mettre en valeur la diversité de celui-ci. Le vignoble est réorganisé, des cépages sont arrachés : les plus productifs, comme l’aubin ou d’autres, plantés sur des terroirs peu appropriés. D’autres parcelles sont plantées, notamment de syrah, cabernet franc, merlot, pinot noir, vermentino.

Les sœurs n’ayant appris ni le travail de la vigne, ni celui de la vinification, leur formation s’est faite sur le tas : en essayant, en se trompant, en échangeant avec des vignerons lors des salons. La démarche est progressive. Aux débuts héroïques, de 1995 à 1998, le raisin est apporté dans des caves particulières et coopératives voisines pour être vinifié. À partir de 1999, la vinification se fait au sein du monastère.

La totalité des cultures du domaine est conduite en bio dès 1991 et certifiée en 1993. Après un essai en biodynamie, au vu des contraintes et de la difficulté du travail, elles reviennent « à une bio plus simple », tout en conservant les traitements à base de plantes et le calendrier lunaire. Cuivre et soufre sont utilisés sur les vignes, mais aussi de l’argile, pulvérisée sur le feuillage pour prévenir les risques de maladies dans les années difficiles. L’effet couvrant de ce traitement bloque l’action du cuivre, son utilisation se limite à des cas bien précis.

Lors des charges de travail importantes comme le palissage, la vendange en vert ou encore la mise en bouteille, toutes les soeurs participent, aidées par des bénévoles, des laïcs en retraite. Les vinifications sont parcellaires afin de bénéficier des bonnes maturités des raisins. La mise est faite au monastère, par gravitation. Le soufre est utilisé avec parcimonie, selon l’état du raisin et l’évolution de la vinification. Une seule cuvée est élaborée sans sulfites ajoutés.

25 000 bouteilles sont produites chaque année. Décision a été prise de travailler sur les circuits les plus courts possibles, ce qui a écarté l’export et a favorisé la vente directe. Un choix tout à la fois économique et éthique : le monastère souhaite conserver une taille humaine. Avec un résultat formidable : un petit nectar béni par nos palais enchantés.

JPEG - 66.4 ko
Le monastère est soutenu dans sa démarche par l’Association "Les Amis de Solan" présidée par Pierre Rabhi.

Repères :

Monastère de Solan
30330 La Bastide d’Engras
Tél. : 04 66 82 99 12
www.monasteredesolan.com

  • Surfaces : 7,5 hectares de vignes pour 20 ha cultivés au sein des 60 ha
    de la propriété.
  • Cépages : Rouges et rosés : grenache noir, cabernet franc, carignan noir, cinsault, merlot, pinot noir, syrah. Blancs : clairette (rosée et blanche), vermentino.
  • Cuvées : Rouges : Saint Martin (grenache, syrah, carignan et cinsault), Saint Ambroise (cabernet franc, syrah et cinsault), Saint Simon (syrah, grenache et pas de soufre ajouté), Saint Porphyre (cabernet franc), Mon Bien Aimé avait une vigne… (rosé de cinsault, grenache et carignan). Blancs : Sainte Catherine (vermentino), Sainte Sophie (mousseux de clairette et vermentino), Saint Jean bouche d’or (vin doux de clairette rosée et clairette blanche passerillées).
  • Prix : de 6,50 à 28,50 € (pour les passerillés de 50 cl).

Le choix de Baraou & Septime
Beaucoup de belles choses à boire de suite ou à garder. Le vin passerillé Saint Jean bouche d’or est une véritable douceur.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Par ROUGET GERMAINle 8 avril 2015 : Monastère de Solan

bravo pour votre reportage sur FR3 ce mercredi 8 avril a 20h30.c est magnifique ce que vous faites mes soeurs..je vous connaissais de reputation mais je suis emerveille..serait heureux de deguster vos belles creations en vins..GERMAIN...


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.