Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 22 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

La Ferme des Sept Lunes

jeudi 27 mars 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Lassé des « vins bodybuildés » de ses débuts, Jean Delobre élabore aujourd’hui des vins qui ont rendez-vous avec la Lune.

De formation viti-oeno, Jean Delobre reprend en 1984, à la suite de ses parents, la ferme familiale créée par le grand-père. Il n’y a que deux hectares de vignes et le raisin est livré en cave coopérative. Il y développe la vigne mais au compte-gouttes car il est difficile d’obtenir des droits de plantation. À la fin des années 1990 il passe en biodynamie avec plusieurs autres producteurs, aidés par la cave coopérative. S’ils sont dix à se lancer dans l’aventure, seuls quatre se font certifier en 1997. En 2001, deux d’entre eux quittent la coopérative ; Jean-Pierre Monier et Jean Delobre veulent prolonger le travail de la vigne en cave, et donc produire leur vin.

Jean passe en cave particulière en 2001 et réhabilite le chai de la ferme. Pour la création de cette cave il choisit un nom de domaine qui reflète la philosophie de travail sur l’exploitation. La « lune » fait référence au calendrier lunaire de la biodynamie et le « sept » apporte la dimension spirituelle.

La ferme a conservé sa polyculture. À la vigne s’ajoutent 1,5 ha d’abricotiers et 12 ha de céréales. Le tout est certifié AB. Le travail est mécanisé, mais en 2012 pour la première fois les parcelles les plus difficilement accessibles sont travaillées au cheval. Une partie des vignes est en haut de coteaux, ce
qui conserve une certaine fraîcheur aux jus. Exposés, les coteaux sont très ventés. Pénible pour le vigneron, le vent est au contraire salutaire pour le raisin, chassant l’humidité et ainsi les maladies.

Si Jean fait au départ des vins « à la mode » avec beaucoup d’extraction, il préfère par la suite travailler sans l’apport de technologie et revenir vers une vinification plus élémentaire, avec des gestes simples. Avoir peu de matériel en cave, cela veut dire que le travail doit être irréprochable pour qu’à la vendange le raisin soit beau et sain.

Avec la maîtrise, il tente de vinifier des cuvées sans soufre, telles que Glou. C’est un vin issu d’une macération carbonique, sur vendange entière pour une partie, et éraflée pour le reste. Le moût est pressé au bout d’une semaine. Les vins de pays sont vinifiés de façon plus classique mais aussi depuis trois ans sans soufre.

Jean est à la fois un découvreur qui aime sortir des sentiers battus, mais aussi un amoureux de la notion de paysan

Les vins de l’AOC, après un premier essai sans soufre concluant en 2007, connaissent une vinification repensée : en partie en vendange entière selon les millésimes, comme en 2009. Les vendanges des jeunes vignes de roussane sont vinifiées rapidement en cuves inox avec une mise au printemps, sans adjonction de soufre.

Mais suite à deux ou trois frayeurs, les blancs de garde sont maintenant légèrement soufrés à la mise. Avec le recul, il réalise qu’il a pris parfois des risques inconsidérés, dans une cave sans climatisation, sur des cuvées élevées en fûts qui devaient supporter les chaleurs de l’été. Pour Jean, le sans-soufre « est devenu une sorte de défi, celui d’aller jusqu’au bout du travail dans les vignes ».

Au début de l’activité, une partie du raisin était vendue au négoce. La part mise en bouteille au domaine a augmenté d’année en année. C’est seulement depuis l’an passé que l’ensemble de la vendange a été mis en bouteille sur place. La production est encore très variable et dépend des millésimes : entre 13 000 et 24 000 bouteilles, absorbées en majorité par la vente aux cavistes et restaurants parisiens.

Jean est à la fois un découvreur qui aime sortir des sentiers battus – quitter la cave coopérative, vinifier sans soufre –, mais aussi un amoureux de la notion de paysan. Quand il est sur un salon, il reconnaît à regret qu’« on se laisse vite accaparer par la dégustation et on oublie de parler de cette dimension presque spirituelle. Pourtant elle a un impact sur la façon dont je fonctionne et donc sur les vins que je fais ».


Repères :

La Ferme des Sept Lunes
Charbieux
07340 Bogy
Tél. : 04 75 34 86 37

  • Surfaces : 6,5 hectares.
  • Cépages : gamay, syrah, marsanne, roussane.
  • Cuvées : Glou (100% gamay), Vin de pays de l’Ardèche, Saint-Joseph (rouge et blanc).
  • Prix : de 5,7 à 18 €.

Le choix de Septime & Baraou
Glou, parce que ce gamay souple porte bien son nom.

La bonne adresse de Jean Delobre
Un musicien amateur de vrais vins : Jacques MAYOU
la nOte bleue, maison-atelier
534 chemin du Marais
38121 Chonas l’Amballan
04 74 15 96 90
lanotebleue2@wanadoo.fr
http://www.lanotebleue.net

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.