Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 12 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Domaine de L’Escarpolette

jeudi 19 décembre 2013, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Itinéraire d’un sommelier de grande maison devenu vigneron solitaire sur le plateau du Larzac, et heureux de l’être.

Il est rare de voir un ancien sommelier devenir vigneron. C’est pourtant le cas d’Ivo Ferreira qui, après avoir officié au Relais Louis XIII, au Meurice ou encore à L’Os à moelle à Paris, s’est lancé dans l’aventure viticole en s’installant à Montpeyroux, à une quarantaine de kilomètres de Montpellier. En conseillant et en servant les vins les plus adaptés aux plats commandés par des clients gastronomes, Ivo s’est enrichi de rencontres et d’expériences. C’est à L’Os à moelle qu’il a découvert le « vin nature » et trouvé l’occasion de participer à ses premières vendanges, en 2004, chez Jean-Marc Brignot, en Arbois. Une expérience qui a agi comme une révélation et déterminé
son choix : devenir vigneron.

Ayant achevé sa formation à la viticulture et à l’oenologie, il intègre l’équipe du Château Le Puy, qui a acquis une exceptionnelle renommée en Asie grâce à un manga (voir Château Le Puy). Parti là-bas pour un simple stage, il y restera quatre années. Ce château plusieurs fois centenaire travaille en biodynamie et surtout, il innove au milieu des années 1990 avec son travail sur du vin sans soufre. Ivo participe à la conduite de la vigne et à la vinification. Il est à bonne école et exprime encore aujourd’hui une profonde gratitude au père et au fils Amoreau.

Quand il s’installe, en 2009, son domaine couvre moins d’un hectare. Aujourd’hui, il en compte quatre, le but à terme étant de disposer d’une exploitation d’environ sept hectares. Il « hérite » d’un vignoble mal entretenu, dans lequel tout était traité chimiquement. Retravailler la vigne, la tailler et la palisser lui prend beaucoup de temps. Il ne souhaite pas labourer, comme le font souvent ceux qui doivent convertir un domaine de la chimie de synthèse à l’organique. Ivo, lui, souhaite garder un système racinaire intact afin que les plantes se renforcent. La vigne retapée, il commence à labourer un rang sur trois, par la suite un rang sur deux. S’il n’est pas certifié en « bio », il n’utilise pas pour autant de désherbant. Sur les contreforts du plateau du Larzac, le vignoble est à l’abri de beaucoup de maladies, dont le mildiou, car il bénéficie de conditions climatiques favorables : des hivers froids, des étés chauds, et surtout la tramontane fraîche et sèche. L’été, un vent de mer, le marin, apporte l’humidité nécessaire lors des grosses chaleurs.

Au chai, Ivo maîtrise parfaitement la macération carbonique et obtient des vins à la fois riches et légers, un juste équilibre entre acidité et structure tannique.

Au chai, Ivo maîtrise parfaitement la macération carbonique et obtient des vins à la fois riches et légers, un juste équilibre entre acidité et structure tannique. Du fait de ses expériences passées, il vinifie « nature », sans soufre et sans levure ajoutés, se contentant de stabiliser les cuves si nécessaire lorsque la fermentation malolactique est terminée. L’élevage relativement court – cinq mois – lui permet une mise en bouteille dès janvier et donc une commercialisation rapide.

Ivo dispose de précieux alliés. Ainsi, les étiquettes ont été réalisées par Marie-Christine Enshaïan, maître en calligraphie japonaise et restauratrice au musée Picasso de Paris. Il est en revanche seul sur l’exploitation. Il lui faut aussi penser à la commercialisation de sa production. Pour cela, l’ex-sommelier s’appuie sur ses réseaux hôteliers, toujours entretenus. Un vin de qualité, les bons contacts : le succès est au rendez-vous. Sa plus grande fierté : le coup de cœur d’un caviste de Paris pour sa cuvée 100 % merlot, qu’il a achetée dans sa totalité.

JPEG - 71.6 ko
Ivo Ferreira (L’escarpolette)

Repères :

L’Escarpolette
16, rue de la Meillade
34150 Montpeyroux
06 81 64 07 44 - ivo.ferreira@hotmail.fr

Surfaces : 4 hectares.
Cépages : merlot, cinsault, mourvèdre.
Cuvées : L’Escarpolette, L’Enchanteur, Jeux de mains (100 % cinsault), La Petite Crapule (100 % mourvèdre).
Prix : de 12 à 24 €

La bonne adresse
La Table d’Eugène
18 Rue Eugène Sue, 75018 Paris
01 42 55 61 64

Le choix de Septime & Baraou
Un superbe travail sur le mourvèdre avec La Petite Crapule, aussi bien à la vigne (il vendange trois semaines avant les autres vignerons) qu’au chai où le vin n’est pas « marqué » par la macération carbonique.

Pour commander :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.