Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 42 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Domaine de L’Ausseil

samedi 14 décembre 2013, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Premier installé parmi les « néo » à Latour de France, Jacques de Chancel est le « patriarche » d’une nouvelle génération de vignerons plus respectueuse de l’environnement et travaillant en vin nature.

D’une famille non vigneronne, Jacques de Chancel a choisi le vin car « c’est le seul produit sur lequel l’agriculteur a une maîtrise globale, de la culture de la plante jusqu’au produit fini ». D’une formation d’ingénieur en agronomie avec une spécialisation en oenologie, il a débuté sa carrière professionnelle dans un grand domaine bordelais. Il a été pendant plusieurs années responsable d’exploitation du Château Beaumont, un cru bourgeois du Médoc de plus de 100 hectares. Cette expérience ne lui suffisait pas et il est parti pour deux ans au Chili avec son épouse Anne. Il souhaitait voir un autre
type de viticulture même si la propriété dans laquelle il travaillait possédait un encépagement de type bordelais. À leur retour, Jacques travaille dans le Minervois. De ces expériences se fait jour petit à petit le désir de s’installer en solo.

Le coup de coeur et de hasard leur fait adopter le village de Latour-de-France qui recèle de très beaux terroirs et des vieilles vignes sur des coteaux de gneiss et de schistes. Le climat frais de cette zone permet une approche plus fine dans le travail du vin. Le domaine est créé en 2001 ; les vignes sont morcelées, le chai est situé dans le village. Anne et Jacques s’installent en tant que « jeunes agriculteurs » et profitent donc d’aides pour acquérir le foncier. Le nom de L’Ausseil veut dire « l’oiseau » en occitan.

Dès le départ, Jacques met en place ce qu’il maîtrise : la conduite raisonnée. Très vite le domaine est labellisé Terra Vitis. Dans son sillage s’installent des néo-vignerons comme Tribouley, Fhal, Laffitte, Rivaton, qui proposent leurs vins en bio, et Jacques se laisse séduire à son tour.

Ce qu’il retient de son expérience bordelaise, c’est que dans les années 1990, « l’oenologie était beaucoup moins interventionniste au chai qu’aujourd’hui ». Pour son premier millésime, il suit naturellement la même logique « douce » et intervient le moins possible au chai. Si en 2001, il se voit obligé de levurer car la vigne était conduite de façon classique, par la suite les nouvelles pratiques culturales lui permettent de s’en passer. Au fur et à mesure, il diminue les doses de soufre, abandonne totalement les levurages et tous les ajouts possibles. Le collage au blanc d’oeuf, fait sur un seul millésime, est abandonné et il en est de même de la filtration. Les méthodes les plus naturelles sont privilégiées à la vigne comme au chai. En 2005, le domaine entre dans le giron des « vins nature ».

Si le domaine compte aujourd’hui 12 hectares, l’objectif est de le ramener à 10 hectares afin de pouvoir travailler les vignes de façon toujours plus qualitative.

Une partie des vignes inaccessible est travaillée au cheval, les vieilles vignes le sont au chenillard. Les nouvelles plantations sont réalisées pour permettre de les labourer avec un tracteur étroit.
Si le domaine compte aujourd’hui 12 hectares, l’objectif est de le ramener à 10 hectares afin de pouvoir travailler les vignes de façon toujours plus qualitative. Tel un jardinier, il veut que ses vignes soient belles, c’est-à-dire bien conduites avec une absence de maladie parasitaire. Pour mener ce type de travail et avoir une véritable relation avec la vigne, l’idéal selon Jacques serait une exploitation de 8 hectares. Même si ainsi l’équilibre économique du domaine est remis en cause, il préfère une plus petite surface. L’augmentation des tarifs n’est pas à l’ordre du jour car il ne souhaite pas que le vin devienne un produit de luxe.


Repères :

Domaine de L’Ausseil
boulevard Gambetta
66720 Latour-de-France
Tél. : 04 68 08 81 36
info@lausseil.com / www.lausseil.com

Surfaces : 12 hectares.
Cépages. Rouges : carignan, grenache noir, merlot, mourvèdre et syrah. Blancs : grenache gris, maccabeu et muscat.
Cuvées : P’tit Piaf (rouge et rosé), Prise de bec, Du Vent dans les plumes, Drôle d’oiseau, La Capitelle, Les Trois Pierres, Papillon (blanc) et Le Figuier (blanc, noir et roux, des vins doux naturels).
Prix : de 6 € à 24 €

Le choix de Septime
Prise de Bec, un assemblage de syrah, grenache et mourvèdre. Jeunes vignes plantées entre 2002 et 2005. Un vin frais et fruité, un véritable vin de partage.

Le choix de Baraou
Le Figuier roux, un rivesaltes ambré hors d’âge (donc plus de 5 ans), parce que le rancio, j’aime ça !


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.