Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 19 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Domaine Bernard van Berg

samedi 15 février 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Ce photographe belge de renom a changé de métier pour créer un domaine à Meursault. Avec 2 hectares en production et autant en friches, il s’est lancé dans une sacrée entreprise afin de réaliser le vin qu’il rêvait de boire.

Avec son épouse Judith, Bernard Van Berg est arrivé à Meursault en étranger. Il connaissait déjà Rémi Jobard, rencontré à Paris lorsqu’il était un simple amateur et dégustait les vins des autres, mais n’avait ni l’ancienneté dans le métier ni des ancêtres locaux. Il était le Belge un peu « givré » avec ses friches et ses méthodes. Ses premières vendanges sont celles de 2002. Les parcelles sont travaillées uniquement avec l’aide d’un cheval et en bio, sans engrais, ni insecticide, ni herbicide.

Bernard Van Berg travaille ses vignes comme un jardinier passionné travaille son jardin, il s’assoit sur un tabouret devant chaque pied afin de déterminer ce qu’il convient de faire. Le prix des vins est donc calculé pour que ce travail soit pérennisé. Le choix des bouteilles et des bouchons est fait en conséquence. Aujourd’hui certains vignerons lui rendent visite pour comprendre ce qu’il fait, parfois lui acheter son vin. Mais même les plus réceptifs renoncent à le copier car le coût de production est trop élevé pour leur logique.

En 2010, le domaine a acquis une nouvelle parcelle sur la commune de Meursault, 4 ouvrées (environ 1 700 m2) d’aligoté avec un seul voisin vigneron, Bernard Van Berg n’en souhaitant pas plus.

Les vignes sont conduites en agriculture biologique certifiée. Si le domaine avait dans un premier temps choisi Nature et Progrès, c’est maintenant Qualité France qui assure les contrôles pour la certification AB, effective depuis le millésime 2008. Bernard est indigné de voir arriver sur le marché tout un tas de produits certifiés AB, très « bas de gamme » ou pire. Il pense qu’il serait grand temps d’inventer un label non industriel et éthiquement correct. Son approche de la vigne est identique à celle qu’il avait de la photographie. Il observe et il essaie dans tous les sens qui l’inspirent, quitte à commettre des erreurs que le client ne goûtera jamais.

« Avec la vigne, je pousse les choses jusqu’au bout. »

C’est au total 20 000 pieds qui sont travaillés unitairement et il n’a pas été facile de trouver du personnel pour partager cette vision ; il a fallu recruter en dehors des professionnels expérimentés. Sa vision est de recréer la vie dans ses parcelles et de voir œuvrer au jour le jour la nature, avec passion. « Avec la vigne, je pousse les choses jusqu’au bout », explique-t-il. Il y a des parcelles avec de vieilles vignes (plantées dans les années 1950), des vignes sur échalas (des hauts et des courts), plusieurs types de tailles, des parcelles sur Meursalt mais aussi sur Chagny et Puligny-Montrachet. Le tout est travaillé dans une perpétuelle remise en question et Bernard Van Berg n’hésite pas à mener des essais sur deux ou trois rangs de vigne, pour voir. Apprendre et reprendre.

Pour le travail au chai, le recrutement d’un employé n’a pas été simple pour l’étranger qui ne voyait pas les choses comme dans les écoles. Fermentations sur levures indigènes, pas d’égrappage ni de levurage, sans chaptaliser, sans acidifier, il prend les vins comme ils viennent avec peu de soufre ajouté (très très peu dans les rouges, très peu dans les blancs) mais pas sans soufre, pour respecter la logique d’un produit impeccable. Les jus sont vinifiés exclusivement en fûts neufs à base de raisins très mûrs et très sains.

En vinification également, il tente des expériences. Voulant réaliser un blanc de noir, il constate qu’avec ses raisins mûrs en vendange entière c’est un jus coloré qui sort directement de la presse : ce sera un rosé. Mais il garde son cap avec 24mois de cave, sans soutirage, en fûts neufs, comme chacune de ses cuvées. Il réalise ainsi jusqu’à dix cuvées parcellaires ou assemblées si le volume produit pour une parcelle est trop faible. La production annuelle totale (selon les millésimes) est comprise entre 600 et 3 000 bouteilles seulement.


Repères :

Domaine Bernard van Berg
1 rue du Moulin Judas
21190 Meursault
Tel : 03 80 21 63 93
http://www.domainevanberg.com/

  • Surfaces : environ 2 hectares de vigne, plus 2 ha de friches.
  • Cépages : 43 ares de chardonnay, 17 ares d’aligoté, 20 ares de gamay, un peu plus d’un hectare de pinot noir.
  • Cuvées : Rouges : En Busigny, La Combe, Les Bergers, Les Gamets, Les Échalas. Rosé ou rouge selon les années : La Terre. Blancs : En Busigny, Le Fournea, Les Échalas, Les Gouttes.
  • Prix : de 75 à 350 €.

Le choix de Septime & Baraou
En Busigny (rouge), parce que la première fois qu’on l’a goûté il a provoqué un grand débat autour de la table.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.