Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 6 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine Chahut et prodiges, Coup de canon 2008

Un beau travail fait sur ce vin facile à boire.


Agenda

Château Noguès

mercredi 15 janvier 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Le chaleureux Ch’ti Dominique Bertram démontre chaque année que les bons bordeaux de garde ne sont pas nécessairement très chers.

Au départ, les Nordistes Véronique et Dominique Bertram se sont installés pour élever des vaches laitières et du bœuf de Bazas. L’exploitation, sur la commune de Grignols, comprend 2 hectares en fermage au moment de la reprise. La cave coopérative locale (côté Marmandais) propose un contrat mais surprise : Dominique décide de devenir vigneron après avoir étudié les cartes et les archives. Le terroir a en effet porté des vignes (353 ha en 1840) d’excellente réputation, surtout par le potentiel de garde des vins. Les vignes sont situées tout à l’est de l’appellation Bordeaux-Supérieur (sud-est de la Gironde), sur des graves argileuses en coteaux, avec des argiles grises sur une partie des vignes de merlot.

Dominique, grand amateur de vins, participait à un club de dégustation sur Lille. Il a donc déjà une bonne idée de ce qui fait un bon vin. Il achète du matériel et se lance, avec sa « grande gueule » comme il dit. Les gens du coin le prennent pour un fou. En 1987, il plante 3 ha puis arrache, achète et replante, pour arriver à 11,5 ha. Il est revenu à 9,5 ha après un arrachage lié à une modification du plan local d’urbanisme de la commune.

« Depuis trente ans je désapprends avec plaisir » affirme l’agronome, d’abord formaté par l’agriculture chimique.

Depuis plus de dix ans, il cultive dans les règles de l’agriculture biologique, y compris les 30 ha de terres agricoles qu’il a réunis autour de la propriété. La procédure de certification pour les vignes, engagée en 2010, sera officielle pour les vendanges 2013. Les parcelles sont enherbées depuis 1986. Il souhaite passer en biodynamie, mais comme toujours chez lui, à sa vitesse et en toute humilité. Il pense que le rapport du végétal à l’humain reste à découvrir. « Depuis trente ans je désapprends avec plaisir » affirme l’agronome, d’abord formaté par l’agriculture chimique.

À presque 100 m d’altitude, ses parcelles sont protégées par les terres alentour et la biodiversité du site. Une partie des terres agricoles est en jachère, le reste produit du foin bio et il débute les céréales bio. Et l’exploitation accueille désormais des poules TGM ! « Tout pour ma gueule » précise Dominique. Dominique a choisi de récolter mécaniquement (sauf pour les blancs qui vont être arrachés car les pieds qui lui ont été vendus au début se sont avérés non conformes à sa commande) pour des questions qualitatives (réactivité, nouvelles machines et compétence des conducteurs, maturité des raisins récoltés mieux déterminée que par une équipe de vendangeurs peu expérimentés).

Un tri sélectif est effectué au niveau de l’égrappoir, avant un égrappage total puis un léger sulfitage pour limiter le démarrage de la fermentation. La cuvaison dure de 3 semaines à 1 mois. Les jus sont naturellement clarifiés par soutirages avant d’être élevés en barriques (environ 20 % par an du parc renouvelé avec des barriques neuves) après un léger apport de soufre. Le vin n’est ni collé ni filtré et la dose de soufre est rectifiée avant la mise, afin de rester à un niveau total limité. Les vins ne subissent pas de traitement chimique. Le Ch’ti de Gironde s’acharne à exprimer tout le potentiel d’un excellent terroir. Il arrive à concilier qualité, authenticité, potentiel de vieillissement et goût du nectar, à prix raisonnables.

Ni le vigneron, ni les lieux n’évoquent la caricature du vignoble bordelais. Dominique aime la nature et ses bienfaits. Il reçoit volontiers dans sa cuisine, sur une grande table de campagne. Il laisse au dégustateur le soin d’apprécier ses vins sans commentaire inutile et les bouteilles sont souvent présentées sans étiquette. Depuis longtemps en opposition avec les instances bordelaises, il a rejoint le CAVB de Dominique Techer (Château Gombaude-Guillot à Pomerol). Château Noguès rouge 2008 a été mis en bouteille pour la fin 2011, ici le vin prend son temps.

JPEG - 89.1 ko
Dominique Bertram (Château Noguès)

Repères :

Château Noguès
Auzac
33690 Grignols
Tél. : 05 56 25 56 17
06 83 18 71 69
chateaunogues@orange.fr

  • Surfaces : 9,5 hectares.
  • Cépages : 50% merlot, 20% cabernet franc, 30% sauvignon.
  • Cuvées : Rouges : Vendanges d’Auzac (uniquement en « bib »), Château Flaujac, Cuvée Or pour des millésimes spécifiques (2003, 2009 et certainement 2010, les deux derniers étant encore en cours d’élevage). Autres : Château Noguès
    (rosé quand c’est possible, clairet parfois, rouge et blanc).
  • Prix : de 6 à 12 € (pour les vins en bouteille).

Le choix de Septime & Baraou
Château Noguès Cuvée Or 2003, un vin qui dépasse la notion de Bordeaux supérieur.

La bonne adresse de Dominique Bertram
Restaurant La Grange (Jardin de la bibliothèque 47200 Marmande (05 53 20 81 88 lagrange47@orange.fr) où le chef Florent Saint-Marc propose une cuisine variée issue de produits frais du marché dans un joli décor ; parce qu’il mérite votre soutien.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin sur le site de François Bourin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.