Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 18 visiteurs sur le site !
Focus

Château Beauséjour 2006

Un arôme étonnant de résine de cèdre, un vin délicieux en bouche.


Agenda

Château La Grave – château La Fleur Cailleau (Vignobles Paul Barre)

vendredi 21 mars 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Plutôt qu’entériner les contraintes de l’AOC et l’uniformisation des vins, Paul Barre cultive son domaine avec philosophie et modestie.

À cheval sur deux appellations, ce domaine réunissant le château La Grave, sur Fronsac, et La Fleur Cailleau, sur Canon-Fronsac, est l’un des pionniers de la biodynamie en Bordelais.

Petit-fils de négociant, fils d’un régisseur de propriétés viticoles, dont château Pavie-Macquin, du côté de sa mère : nul doute, Paul Barre était prédestiné au vin. Il a débuté par un métayage du château La Grave, puis a repris en fermage le domaine qui fut celui de son trisaïeul Auguste Bloy. À la vente de cette parcelle, la famille Barre avait continué à habiter sur place. Paul Barre a exploité le domaine, tout en grignotant petit à petit des parcelles sur Canon-Fronsac : c’est ainsi que le deuxième nectar a vu le jour en 1982.

Si la propriété monte jusqu’à 15 hectares, Paul Barre a fini par la réduire de moitié pour mieux se concentrer sur ses cultures. Il est vrai qu’il travaille depuis 1990 en biodynamie, une discipline très exigeante. C’est aussi le cas de sa mère, à la tête de château Pavie-Macquin : ils peuvent s’entraider, éviter l’isolement. L’exploitant est certifié en 1998, juste avant de marquer sa véritable indépendance, en ramenant dans le giron familial le vignoble de La Grave, avec l’aide d’amis et de clients fidèles.

Ardent militant de la biodynamie, Paul Barre en a constaté les vertus et les effets quasi immédiats. Même si les contraintes sont fortes, le résultat qualitatif est dans le verre. Pour ses traitements, il utilise le cuivre avec une très grande parcimonie : pas plus de 250 g par hectare et par an, alors que la norme dite modérée en tolère 7 kg !

Pour compenser l’absence de chimie, il a recours à la technologie. Étape importante, le tri représente un gros travail et sa pénibilité n’attire pas les vendangeurs à ce poste. Il s’est donc équipé d’une table de tri vibrante, dotée d’une soufflerie qui élimine les impuretés. L’équipe ainsi réduite, il peut consacrer plus de temps aux vendangeurs et aux exigences du terrain. Au moment de l’encuvage, le raisin est placé sous gaz carbonique, ce qui favorise une montée idéale en température de fermentation. À la fin de la fermentation malolactique, le vin se trouve légèrement soufré. Pour arriver à utiliser si peu de soufre, l’hygiène du matériel viticole constitue un souci constant.

Paul Barre a planté une parcelle en cabernet franc et souhaite remplacer progressivement les manquants par du merlot ou du cabernet sauvignon. Dès le premier millésime, la qualité du vin s’en est trouvée remarquable, étonnante. Il a pu créer la cuvée Leeloo, soit 100 % cabernet franc, qui est devenue son premier vin de table (vin de France).

Paul Barre regrette « le temps où l’appellation était une simple unité géographique dans laquelle la diversité pouvait s’exprimer ».

Le cahier des charges de l’AOC s’avérant de plus en plus contraignant, la question de quitter l’appellation s’est posée rapidement. Au fil des ans, le système des AOC engendre un effet pervers : l’uniformisation des vins relevant d’une même appellation, le plus souvent dans la médiocrité. Paul Barre regrette « le temps où l’appellation était une simple unité géographique dans laquelle la diversité pouvait s’exprimer ». Tout le monde faisant le même vin, il n’y a plus d’émulation entre vignerons, chacun travaille dans son coin et produit un « vin mainstream » pour ne pas déplaire.

Paul Barre a tourné le dos à cette fâcheuse tendance. Il croit fermement à la cohabitation d’un réseau traitant de gros volumes avec un autre, plus petit et plus surprenant. Ce vigneron-là cultive la prise de risques comme philosophie pour expliquer le sens de son travail.

JPEG - 77.4 ko
Paul Barre. "Non non, pas le Beretta !"

Repères :

Château La Grave
33126 Fronsac
Tél. 05 57 25 08 61
p.p.barre@wanadoo.fr
www.vignoblepaulbarre.com

  • Surfaces : 4,21 hectares pour La Grave et 2,64 ha pour La Fleur Cailleau.
  • Cépages : merlot, cabernet franc, malbec.
  • Cuvées : Château La Fleur Cailleau, Château La Grave, Aux Caudelayres, 43, Leeloo.
  • Prix : de 7 à 18 €.

Le choix de Septime & Baraou
Leeloo (100 % cabernet franc), superbe et inattendu pour un jeune vin issu d’un cépage qui se montre généralement très tannique. La séparation des jus et des peaux en pleine fermentation en est certainement la raison majeure.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.