Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 43 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Les Closeries des moussis

mercredi 18 décembre 2013, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Laurence et Pascale ont créé ce domaine en 2009 pour cultiver des vignes à leur manière, en les laissant vivre.

Les blancs moussis étaient des moines gentiment turbulents qui ne répugnaient pas à se mêler au carnaval, à Stavelot, en Wallonie. Pour cette transgression, ils furent condamnés à revêtir des tuniques blanches et porter de faux longs nez, mais continuèrent la fête.

Ici, dans le Haut-Médoc, le blanc n’est pas de mise, mais les Closeries des moussis de Pascale Choime et Laurence Alias veulent rappeler cet état d’esprit. « Les moussis sont également le nom de petits pruniers de ma région natale, les Charentes », rappelle Pascale. Sur l’appellation Haut-Médoc, à Arsac, Les Closeries des moussis, c’est juste deux lots de terres plantées de six cépages différents, pour environ 12 500 pieds de vigne et un chai qui ressemble plutôt à un garage.

Pascale Choime est oenologue et maître de chai depuis plus de vingt ans au château Dillon, un cru bourgeois du Haut-Médoc. Elle réalise aussi des sculptures et c’est avec son âme d’artiste un brin anticonformiste qu’elle travaille dans le chai de son domaine. Laurence Alias est ingénieure dans un cabinet conseil en développement durable. D’une famille gersoise qui vit de l’agriculture mais ne cultive pas la vigne, elle s’est depuis longtemps investie à fond dans l’écologie.

Les deux associées ont eu l’opportunité de trouver des vignes en location. Ainsi, depuis 2009, avec l’aide de la famille et des amis, elles réalisent un vin souple qui se veut offrir « du plaisir sans prise de tête ».

Les parcelles qui composent le domaine (une grande partie se trouve au milieu de celles du château Sénéjac) offrent un spectacle particulier en ces lieux : des pieds marcottés à l’ancienne, des cépages mélangés, une vigne centenaire, le tout sans désherbant ni pesticide pour cette exploitation en conversion vers l’agriculture biologique. Et c’est grâce à une brouette bricolée que l’utilisation du soufre et du cuivre reste très raisonnée.

Les travaux à la vigne sont manuels, de l’écimage au nettoyage personnalisé des pieds (pas d’effeuillage). L’une des parcelles (30 ares) porte des vignes de plus de cent ans et les autres vignes ont une moyenne d’âge d’environ trente ans. Les sols sont totalement enherbés pour 30 % du vignoble et le reste est labouré. La récolte est aussi manuelle (en cagettes de 10 kg) jusqu’à l’éraflage, afin de conserver l’intégrité des grains de raisin dans les cuves. Après un encuvage par gravité, les raisins ne sont pas foulés : la macération débute avec des baies entières et rondes, qui libèrent ainsi progressivement leurs arômes.

Elles réalisent un vin souple qui se veut offrir « du plaisir sans prises de tête ».

Un sulfitage est effectué à raison de 4 g/hl (jusqu’en 2009, par la suite il sera abandonné) ainsi qu’un levurage à 10 g/hl, puis macération et fermentation en grains ronds se déroulent en cuve inox et cuve bois, avec pigeage trois fois par jour. Après quatre semaines de macération et une fermentation avec des extractions phénoliques peu intenses pour préserver le fruit. Leur chai a été restauré avec des matériaux à l’image de leur démarche : bois non traités, chaux sur les murs, isolation en laine de bois, etc.

Le pressoir est vertical, la fermentation malolactique se déroule en cuve et l’entonnage est réalisé en novembre avec 20 % de barriques neuves et le reste en barriques d’un et deux vins pour un élevage de 14 mois. Pas de collage avant la mise en bouteille qui est réalisée à la fin de l’hiver, après une stabilisation microbiologique par sulfitage et une filtration sur plaques.
En toute transparence, elles nous ont communiqué les résultats des analyses lors de la mise.
Alcool : 12,8 % vol.
Acidité totale : 3,4 g/l H2SO4
Acidité volatile : 0,42 g/l H2SO
pH : 3,63
SO2 libre : 25 mg/l
SO2 total : 100 mg/l


Repères :

Les CloserIes des Moussis
23, allée du Blanchard
33460 Arsac
Tél. : 06 70 61 31 39
alias.laurence@gmail.com

Surfaces : 1,4 hectares de vignes en appellation Haut-Médoc.
Cépages : cabernet sauvignon, cabernet franc, malbec, merlot, carménère, petit verdot.
Cuvée : Les Closeries des moussis.
Prix : environ 15 €.

La bonne adresse
La Bergerie de Sénéjac , le seul éleveur fabricant de fromage de brebis du Médoc. André Sarrès est un éleveur-berger qui fait pâturer ses brebis de race basco-béarnaise sur des parcours autours de des vignes du domaine et de celles du Château de Sénéjac. Expulsé en 2012, il s’est maintenant installé à Arsac sur le domaine de Moules, 8 route du Verdon.

Le choix de Septime & Baraou
Les Closeries des moussis 2009 est un vin fruité doté d’une trame aux tanins soyeux.

Pour commander :


Par Baraoule 6 février 2014 : Les Closeries des moussis

Une cuvée du domaine subit le crash-test des alter-dégustateurs dans l’épisode 12 sur Glou’TV : http://www.ideemiam.com/miam-tv/les-alter-degustateurs-episode-12.html


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.