Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 11 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine Chahut et prodiges, Coup de canon 2008

Un beau travail fait sur ce vin facile à boire.


Agenda

Le vin naturel comme objet sociologique

vendredi 15 mars 2013, par Monsieur Septime

« Manger ensemble », le dernier opus de la revue des Cahiers européens de l’imaginaire, fait la part belle à la combibendalité chère à Edgar Morin, à la papillosophie, la gastrosophie mais aussi de façon inattendue aux vins naturels.

JPEG - 29 ko

La revue de sciences humaines créée initialement par Michel Maffesoli et Gilbert Durand (sociologue de l’imaginaire) a été reprise depuis 5 ans par une nouvelle équipe. Sous la houlette des deux sociologues Maffesoli et Durand (décédé en décembre dernier), Mickaël Andrieux et Vincenzo Susca publient annuellement un cahier. Les sujets sont très divers (La barbarie, Le luxe, la Technomagie, L’amour) mais à chaque fois toujours complets ; véritable passage en revue d’une problématique. L’objectif est clair : « trouver les mots les moins faux pour dire les imaginaires contemporains, porter et peupler nos mythologies tout à la fois, et donner à la curiosité de chacun la langue de l’autre, pour accompagner les mouvements de la vie en Europe ».

Le dernier numéro qui sortira le 21 mars se consacre à la Table et au repas. Sociologues et anthropologues de l’imaginaire se penchent sur cet objet social avec plaisir et délectation car le repas est un moment clef et magique, devenu avec les réseaux sociaux et Instagram une réactualisation de l’art sacré où l’on retrouve les concepts d’esthétique et de communion. Via les réseaux sociaux on fait participer le corps social aux rituels du repas, on le partage et on crée ainsi une nouvel espace de désir.

Le repas est une énorme pelote de laine sociologique, il suffit d’en tirer un fil pour dérouler de multiples concepts. De fait 360 pages c’est peu quand on veut faire un état de l’art, de plus en plusieurs langues. Mickaël Andrieux regrette de ne pas avoir pu parler de pluseurs choses dans ce numéro qui lui tenaient pourtant à cœur :

  • Les zones d’autonomie temporaire lors de la Fête de la bière à Munich où sous des tentes immenses à travers des milliers de buveurs attablés s’expriment une force et une puissance sociale incroyable,
  • Le vin naturel qui "réencycle l’homme aux caprices de la nature" et qui cherche à éliminer tout intermédiaire (chimique ou social) entre l’homme et le produit.

Si les sujets sont parfois surprenants (l’attrait des Zombis, une chanson/récit de Bernard Cantat etc...), le vin naturel ou de la galaxie alter-vin est toujours présent, rythmant le repas. Dès les premières pages on retrouve Petit Taureau de Padié servi au verre lors du banquet d’adieu avant la fin du monde du 20 décembre mais aussi en photo Fred Gounan, l’ami Patrick Bouju, Alice Fiering etc ... L’article d’Edgar Morin se ponctue par un peu plus d’une trentaine de cuvées conseillées. On y retrouve : Nicolas Réau, Loïc Roure, Puzelat, Stéphane Morin, JC Comor, le feu et excellent domaine des Griottes, JC Lapalu, le facétieux et sympathique Cyrl Alonso etc ....

L’aspect du cahier quand on se contente de le feuilleter donne une impression d’une revue brouillonne car chaque article a sa propre maquette. Mais le fond est là, les textes courts et les sujets éclectiques. En un mot : indispensable.


Repères :

Les cahiers de l’imaginaire 5. Manger ensemble, sous la direction de Michel Maffesoli, CNRS édition. p360. 30€.

Par la suite certains articles seront disponibles sur le site : http://www.lescahiers.eu/


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.