Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 9 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine Chahut et prodiges, Coup de canon 2008

Un beau travail fait sur ce vin facile à boire.


Agenda

Domaine Saint Jean du Barroux

mardi 21 janvier 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Philippe Gimel a créé de toutes pièces son domaine, dans une zone où le vin n’est pas la meilleure source de revenus. Mais il a réussi à y faire surgir la passion et des vins passionnants.

Tournant le dos à la faculté de pharmacie de Nancy, Philippe Gimel a étudié à l’ENSAT de Toulouse où il a obtenu son diplôme national d’oenologie en 1999. Il a ensuite enquillé les collaborations comme d’autres s’accrochent des médailles prestigieuses, au Château Pierre Bise en Anjou, puis au Château Devès à Fronton avant de venir à Châteauneuf-du-Pape pendant deux années, au Château de Beaucastel, puis last but not least, au domaine de La Janasse.

En mai 2003, il s’installe vraiment chez soi et se lance dans l’aventure d’un domaine viticole. C’est beau mais ce n’est pas forcément un cadeau des dieux. Philippe Gimel se trouve dans le couloir oligocène du Barroux, au pied des Dentelles de Montmirail, à l’ombre du mont Ventoux. C’est une zone riche en biodiversité, mais où le vin n’est pas la meilleure source de revenu de la polyculture locale historique. C’est là, à Saint Jean du Barroux, qu’il doit conquérir la vigne et travailler tout seul.

« Une seule règle, il n’y a pas de règles, sauf l’humilité » martèle le vigneron intrépide et enthousiaste. Tous les jours, les vignes et le vin l’étonnent et lui font découvrir quelque chose de nouveau. Et rien ne remplace l’expérience, comme chaque rencontre dans son parcours professionnel, qui lui apprend ce qui fait la qualité des raisins puis celle du vin.

Ce pharmacien de formation considère le vin « comme un des meilleurs traitements préventifs, un traitement plus agréable à distribuer que les médicaments », et c’est certainement pour cela qu’il fait tout pour produire des vins sains issus de terres et de plantes saines.

Passionné de terroir, il conduit sa vigne en mode biologique depuis le début, sans désherbant, sans pesticide, sans engrais, avec la volonté de faire vivre une riche biodiversité favorisée par la situation des parcelles. Il a même conservé des arbres fruitiers dans ses vignes. Il n’a pas fait la démarche de certification en AB, « trop à la mode ». D’ailleurs il ne l’affiche toujours pas sur ses étiquettes (au début pour éviter le rejet par certains clients, aujourd’hui il constate que les mêmes le lui réclament).

Quand il reprend les parcelles, il réalise qu’il lui faut tout dépolluer. Il décide alors de travailler comme les anciens le faisaient (que l’on appelle ça bio ou biodynamie) avant l’ère chimico-industrielle de l’après-guerre. Parfois à la main. Sans chercher le rendement. En privilégiant la qualité. En observant. Il regrette « la perte d’une partie des techniques et des connaissances agricoles accumulées durant des siècles ».

Tout vient du terroir, puis les choix du vigneron sont déterminants. Le domaine couvre 16,5 hectares dont les bois, haies, talus et restanques délimitent quelque quarante parcelles de vignes. La biodiversité reste son meilleur indicateur et de nombreuses espèces de plantes sont ici présentes naturellement dans les vignes. Grâce à cet équilibre, Philippe ne subit pas les dégâts des vers, du mildiou ou de l’oïdium. Les raisins vendangés en plusieurs passages sont toujours parfaits et c’est bien là l’objectif.

À la cave, le style de chaque cuvée, de chaque millésime, va se révéler sans maquillage, sans artifice, dans l’expression de l’authenticité du jus de raisin.

À la cave, le style de chaque cuvée, de chaque millésime, va se révéler sans maquillage, sans artifice, dans l’expression de l’authenticité du jus de raisin initial lié à la qualité des grappes vendangées. Donc pas de bois, qui apporte toujours des arômes qui n’ont rien à voir avec le terroir initial. Mais les cuvées (un blanc, un rosé, quatre rouges) sont laissées à vieillir le temps nécessaire au vu de leur caractère, dans les cuves (en béton de chez Nomblot et en acier émaillé) puis en bouteilles, pour mettre en valeur le terroir.

Le vin est fait pour être partagé lors de bons moments, alors n’hésitez pas à découvrir ce domaine. Mais pas de visite sans rendez-vous. Un vigneron passionnant qui élabore des vins pour passionnés et qui obtient même une belle reconnaissance par d’excellentes critiques des experts internationaux.


Repères :

Domaine Saint Jean Du Barroux
Chemin de Saint-Jean
84330 Le Barroux
Tél. : 04 90 70 84 74
contact@saintjeandubarroux.com
www.saintjeandubarroux.com

  • Surfaces : 12,5 hectares de vignes incluant seulement 0,77 ha en cépages blancs, le tout entouré de 4 ha de bois et de haies.
  • Cépages : Rouges : syrah, carignan, cinsault, grenache noir. Blanc : grenache blanc, bourboulenc, clairette.
  • Cuvées : Rouges : La Pierre noire, L’Argile, La Source, Le Micro-Climat. Blanc : La Montagne. Rosé : Le Rosé.
  • Prix : de 11 à 30 €.

Le choix de Septime & Baraou
Le Micro-Climat, pur grenache pur minéral, ça claque !

Pour commander Le Guide de l’alter-vin sur le site de François Bourin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.