Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 19 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Domaine Pierre Frick

dimanche 5 septembre 2010, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Jean-Pierre Frick, ou comment obtenir un vin de dégustation qui puise sa qualité dans les convictions écolos, altermondialistes et biodynamiques.

Jean-Pierre Frick, vigneron et militant écologiste de cinquante-six ans, a participé au fauchage collectif des 70 porte-greffes génétiquement modifiés le 10 août 2010 ; il a aussi observé une grève de la faim en 2011 pour obtenir la fermeture de la vieille centrale nucléaire de Fessenheim, dans le cadre d’un jeûne tournant installé en face de la préfecture du Haut-Rhin à Colmar.

La famille Pierre Frick, qui oeuvre dans le vignoble depuis douze générations, exploite aujourd’hui une douzaine de terroirs à dominante calcaire, séparés de 15 kilomètres pour les plus distants. Le domaine est certifié en agriculture biologique depuis 1970 et en biodynamie depuis 1981. Depuis 1999, seuls les outils à simple traction sont utilisés afin de préserver la structure des sols. Les récoltes sont manuelles, les vins ne sont pas chaptalisés ni levurés. Jean-Pierre Frick vinifie et élève les vins en foudres, avec peu ou pas du tout d’adjonction de soufre. Il n’hésite pas à innover, vinifiant du raisin noir en blanc ou proposant des cuvées dotées de capsules pour éviter les défauts liés au bouchon en liège. Ses vins, qui vieillissent merveilleusement bien, donnent des blancs magnifiques au bout d’une dizaine d’années.

Ses vins, qui vieillissent merveilleusement bien, donnent des blancs magnifiques au bout d’une dizaine d’années.

Militant engagé de la biodynamie, Jean-Pierre est intarissable pour la défendre. Deux aspects complémentaires interagissent dans cette méthode : les préparats, qui « agissent comme un médicament homéopathique et apportent des informations pour stimuler les fonctions momentanément affaiblies », et l’influence des planètes : « J’essaie de travailler de concert avec cette influence, même si les constellations suivent des rythmes complexes qui souvent dépassent l’humain. » Et il n’en démordra pas, quitte à essuyer critiques et ricanements : pour lui, l’agriculture biologique est incompatible avec les PGM (plantes génétiquement modifiées). Voilà pourquoi il a été l’un des deux seuls vignerons à participer, le 10 août 2010 à Colmar, au « fauchage volontaire » des vignes transgéniques de l’INRA, qui « dénonçait la marchandisation du vivant, la disparition de la paysannerie partout où les PGM sont utilisées, l’utilisation des pesticides liée aux PGM et la contamination des plantes sauvages par ces mêmes végétaux modifiés ». Cette action s’inscrit dans le prolongement d’un travail d’information sur les méfaits des PGM, mené durant des années, via la Foire écobiologique de Rouffach dont il est en partie à l’origine. « Le vivant, c’est aussi le lien social, et c’est pour cela que les vendanges sont manuelles, et restent imbattables en ce qui concerne la qualité des tris, particulièrement pour les vendanges tardives. » La machine à vendanger ? Il la tient pour un « cheval de Troie de la pharmacopée oenologique ». En s’affranchissant des standards compatibles avec la grande distribution, le domaine reste indépendant de ces laboratoires et autonome sur le plan économique.

Le domaine est l’un des rares, en Alsace, à ne pas vendre ses cuvées « les moins remarquables » au négoce, ni à acheter du vin chez des collègues pour compléter son offre. Ne sont commercialisées que les cuvées issues de la production de l’exploitation. Les plus simples d’entre elles sont donc élaborées avec une remise en question annuelle qui profite à toute la gamme. Celle-ci se décompose en cinq catégories : cuvées classiques, grands crus, cuvées précieuses, cuvées vinifiées sans soufre (y compris à la mise en bouteille) et cuvées d’exception (vendanges tardives et sélection de grains nobles). « L’essence véritable du vin est esthétique, à la lisière des arts » résument Chantal et Jean-Pierre Frick.



Repères :

Domaine Pierre Frick
5, rue Baer, 68250 Pfaffenheim.
Téléphone : 03 89 49 62 99
http://www.pierrefrick.com/

  • Surfaces : 12 hectares, dont les deux tiers en propriété.
  • Cépages : chasselas, muscat, sylvaner, pinot blanc, pinot gris, riesling, gewurztraminer, pinot noir.
  • Cuvées : formées par les cépages et les lieux-dits Bergweingarten, Bihl,
    Rot Murlé, Strangenberg, ou les grands crus Steinert, Vorbourg, Eichberg.
  • Prix : de 6 à 39,50 € pour les grains nobles.

Le choix de Septime
L’ensemble de l’entrée de gamme, avec un prix très abordable pour des vins d’une grande qualité.

Le choix de Baraou
En dédicace à mon camarade Jean-Claude Saurat-Fourny, disparu en avril 2011 et fervent amateur de vins bio depuis longtemps, je garde un souvenir ému des bouteilles du millésime 1996 bues grâce à lui en 2009 et 2010 et je regrette celles que nous aurions dû boire et qui sont aujourd’hui enterrées au fond de sa cave écroulée.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.