Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 44 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Château Moulin Pey-Labrie

vendredi 24 janvier 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Grégoire et Bénédicte Hubeau, à la tête de deux domaines, à Fronsac et Canon-Fronsac, veulent réaliser des vins de terroir sans esbroufe, mais toujours avec le plaisir dans le verre.

De formation agricole, Grégoire Hubeau a été six années durant conseiller technique auprès d’agriculteurs coopérateurs du Vexin. Son terrain de jeu de 65 000 hectares se composait à l’époque de dix-sept cultures différentes. En parallèle, il menait des recherches pour des laboratoires phytosanitaires. Bénédicte était analyste programmeur à Paris. Le couple s’ennuyait ferme, mais leur goût commun et sûr pour l’œnologie les a poussés à faire le premier pas.

La visite d’une exploitation qui travaille à la fois la vigne et le maïs, sur les îles du bec d’Ambès, les enchante. Durant trois ans, ils consacrent leurs weekends à écumer la région. Leur choix s’arrête sur Fronsac et le Château du Moulin Pey-Labrie. C’est un domaine de 6,5 hectares qui a la particularité d’être une butte au centre de l’appellation, avec un terroir calcaire. En 1988, à vingt-cinq ans, Grégoire quitte son travail et le couple met en route les vendanges quatre jours plus tard.

Une chance pour eux, Michel Rolland est l’œnologue-conseil de la propriété. Il n’est pas encore devenu la star du milieu et passe chaque soir goûter les vins pendant les vinifications parcellaires. Mais dès le début, Grégoire remet en cause la conduite de la vigne. Son objectif est le travail du sol. Il se débarrasse des tracteurs, achète un enjambeur puis demande à un forgeron de lui fabriquer des outils adaptés. Pendant plusieurs années, l’inter-rang reste enherbé et juste tondu. Sur une même parcelle, il n’hésite pas à tondre une partie et à travailler le sol légèrement sur l’autre.

Le couple rachète Haut-Lariveau et Combes-Canon en 1993, puis les réunit sous le nom du premier, car ces exploitations ont un profil similaire. Moulin Pey-Labrie, avec un terroir calcaire, sera travaillé sur la minéralité, Haut-Lariveau, sur sol argilo-graveleux, donnera des vins plus délicats. Tous les pieds de coteaux qui sont moins bénéficiaires du sous-sol calcaire peuvent être bus plus vite et sont donc assemblés pour un vin fruité, Château Moulin. En 2010, une cuvée sans soufre est tentée, elle se goûte sous un jour « facile » mais elle est toujours en cours d’élevage. Le couple est content du résultat : il veut créer « des vins de terroirs mais aussi de plaisir ».

Pour Grégoire, les bordeaux doivent être des vins élégants : « Le plaisir, c’est la finesse. Après, le reste on s’en fout. »

Le domaine pratique la vente en primeur, un système qui est de plus en plus critiqué. Grégoire avoue que neuf fois sur dix, les fermentations malolactiques ne sont pas encore faites en avril dans ses chais, et parfois la fermentation alcoolique n’est même pas achevée. Ils ont hérité du système de leurs prédécesseurs : lors de leur installation, la vente en primeur était déjà bien en place sur la propriété, à destination des particuliers et des professionnels. Ils ont continué mais en augmentant les prix de 30 % pour les particuliers (95 % des ventes). Le couple se montre en effet très critique sur les pratiques actuelles à Bordeaux, où l’on vinifie dans le sens de la mode et de la standardisation du dégustateur, ce qui donne lieu à ce commentaire cinglant : « Il en faut, de ces vins de journalistes qui sont souvent puissants et qui sortent de la norme, mais il n’en faut pas de trop. » Pour Grégoire, les bordeaux doivent être des vins élégants : « Le plaisir, c’est la finesse. Après, le reste on s’en fout. »

JPEG - 81.3 ko
Bénédicte Hubau, Château Moulin Pey-Labrie

Repères :

Château Moulin Pey-Labrie
9, Moulin Pey-Labrie
33126 Fronsac
moulinpeylabrie@wanadoo.fr
Tél. : 05 57 51 14 37
www.moulinpeylabrie.com

  • Surfaces : 6,75 hectares pour Moulin Pey-Labrie et 8,5 ha pour Haut-Lariveau.
  • Cépages : merlot, 5% malbec pour Moulin Pey-Labrie, merlot uniquement pour Haut-Lariveau.
  • Cuvées : Rouges : Château Moulin Pey-Labrie et Cuvée Bénédicte, Château Haut-Lariveau, Château Moulin, Château des Combes-Canon. Clairet : Clos la rose
    du moulin.
  • Prix : de 7 à 25 €.

Le choix de Septime & Baraou
Château Moulin Pey-Labrie, des vins à attendre pour encore plus de finesse.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin sur le site de François Bourin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.