Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 11 visiteurs sur le site !
Focus

Daniel-Etienne Defaix - Domaine du Vieux Château, Chablis Premier cru Vaillon 1981

Un vin toasté / beurré tout en rondeur. Un grand moment de dégustation. Superbe.


Agenda

Le "vin bio" ça n’existe pas

lundi 7 octobre 2013, par Monsieur Septime

Le "vin bio" ça n’existe pas. Oups on ne peut plus le dire depuis les vendanges 2012, puisqu’un cahier des charges est venu clarifier la situation. Par contre les Laurel et Hardy de la critique vineuse pourront toujours dire qu’ils sentent l’écurie. Ça, on a toujours le droit d’être médisant.

JPEG - 96.3 ko
Wolberger proposé à la dégustation. Une des plus grosses coop. 1200 hectares ! Ce n’est pas le meilleur ambassadeur que l’on puisse trouver pour le bio. J’aimerais bien connaître les intrants utilisés et le taux de soufre, on aurait certainement des surprises. Le parfait exemple du bio-chimique exploitant au mieux un cahier des charges permissif.

L’Agence BIO, Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique, a tenu sa conférence de presse annuelle le mercredi 2 octobre. Par l’intermédiaire de sa directrice et son président, Elisabeth Mercier et François Thierry, le but de ce rendez vous annuel est de faire un bilan de l’année passée. Et ce sont deux interlocuteurs ravis qui présentent ce bilan. Ravis car le bio se porte bien ; c’est un secteur dynamique et en croissance. Afin de l’illustrer, la vigne a été choisie à titre d’exemple, temps des vendanges ne faisant pas seulement office de simple faire valoir car le secteur est emblématique du succès rempoté par le bio.

En effet, en 10 ans les surfaces cultivées sont passées de 8 156 hectares à 69 901 hectares dont 24 311 hectares en cours de certification. 99% des raisins produits sont destinés à la cuve. Ainsi fin 2012, 8,2% du vignoble est conduit en culture biologique, soit un peu moins de 5000 exploitations. Le bon élève est le département des Bouche du Rhône dont 21% du vignoble est certifié ou en cours de conversion. On trouve maintenant certaines petites appellations exclusivement conduites en bio comme l’AOC Saussignac (avec 34 producteurs, vous m’argumenterez que ce n’est pas trop dur. On ne parlera pas du cas de la Champagne qui à part 63 producteurs est terriblement désespérant). Succès de ce mode culture car personne ne sort volontairement de la certification. La France est ainsi le deuxième vignoble bio d’Europe devant l’Italie mais maintenant derrière l’Espagne qui en à peine quatre ans a doublé sa superficie.

JPEG - 93.2 ko
Lilas Carité qui reprend le flambeau du Guide Carité du vin bio, cite en exemple La Clef des terroirs de Guillaume Bodin.

Le bio a la chance d’avoir échappé à la prédation de la Grande Distribution. Un tiers de la production est vendue au domaine ou sur des salons, les Naturalia et consort en absorbant 27%, les cavistes 17% et la GD 20%. En gros une bouteille sur cinq est vendue chez un caviste, ce qui prouve un joli travail de la part des indépendants. Ainsi, si une partie de la production est destinée à l’export, le marché français représente 60% du vin vendu, une croissance toujours à deux chiffres (+15% en 2012) dans un marché qui pour les chimiques est en berne.

2012 aura vu la mise en place d’une réglementation permettant l’utilisation de la mention "vin biologique". Bien que son cahier des charges soit décrié par les "bios" de la première heure, il a pour avantage de mettre enfin une définition sur ce qu’est le "vin biologique" quitte à affiner par la suite. Le cahier des charges est révisable en 2015. Finies les palabres interminables sur le thème "votre vin est pas bio, ce sont les raisins". A part la baisse des plafonds tolérés pour le soufre, ce n’est pas une grande révolution.

La conférence a été aussi le moment choisi pour présenter une nouvelle structure qui remplace la défunte FNIVAB, France Vin Bio créé le 12 septembre 2013. La structure réunit quelques interprofessions comme l’Aquitaine, le Val de Loire et Sudvinbio. Mais sans la présence de l’Alsace qui est une région motrice dans le domaine du bio (on pense aux fermes pilotes ayant participé au projet Orwine par exemple), France Vin Bio manque déjà de cohérence.


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.