Mistelle, le site web du vin et autres alcools Alter-vin, vin hors du commun selon Septime & Baraou
Actuellement 19 visiteurs sur le site !
Focus

Domaine de l’Arnesque, Plan de Dieu

Un 2010 sur le fruit avec de jolis tanins mais plutôt à déguster dans quelques années. Un 2009 qui se boit avec délice. Un très joli travail de Sébastien du domaine de l’Arnesque qui sait bichonner sa terre et ses vignes.


Agenda

Agape

jeudi 9 janvier 2014, par Laurent Baraou, Monsieur Septime

Comment l’approche très technologique de Damien Briard l’amène à obtenir des vins de table de grande qualité.

C’est dit sans chichi, mais avec une pointe d’orgueil : « Ma réputation est basée sur l’intégrité, l’honnêteté et surtout pas le mensonge » raconte Damien Briard. Ce baroudeur originaire de Namur s’est installé avec l’aide de Sébastien Cazenave dans le Bordelais en 2004.

À l’âge de seize ans, Damien Briard a été invité par un copain en Suisse. Pendant son séjour, ils rendent visite à un viticulteur de Sion dans le Valais. Au cours de la dégustation, Damien se fait remarquer par la qualité de ses commentaires. Sa voie est toute trouvée, au grand dam de sa mère qui l’imaginait banquier. Diplôme de viticulture en poche, après avoir bourlingué en France mais aussi en Afrique du Sud, il complète sa formation par un diplôme d’œnologue à Reims où il apprend à « faire des bulles ».

« La France c’est le premier pays communiste démocratique au niveau de l’agriculture ; vous pouvez acheter de la terre mais c’est l’État qui vous autorise à l’exploiter. »

L’installation en 2004 à Bordeaux ne s’est pas faite sans mal. Comme le dit Damien, « la France c’est le premier pays communiste démocratique au niveau de l’agriculture ; vous pouvez acheter de la terre mais c’est l’État qui vous autorise à l’exploiter ». Même si la vente est conclue en 2004, suite au recours d’un agriculteur ils ne peuvent pas intervenir dans les vignes avant juin 2005. Aucun travail n’ayant pu être effectué sur le vignoble pendant ce temps, il faut traiter, tailler, rogner, et les amis sont sollicités mais cela ne suffit pas à rattraper la vendange, le rendement est de 3 hectolitres par hectare. Une année de fichue. Damien refuse de présenter ses vins à l’agrément car le syndicat de l’AOC ne l’a aidé en rien lors de ce départ raté. Le premier millésime est donc classé en Vin de table et « de rage » il baptise la cuvée « 20 de Table »… Cette signature lui vaudra en partie d’attirer l’attention certaine de nombreux clients
hors de la région.

Comme il ne peut vivre entièrement des revenus de son exploitation, Damien Briard ne rechigne pas à louer ses services pour d’autres domaines, et notamment auprès de vignerons qui se convertissent à l’agriculture biologique. Paradoxe : pour ses plants personnels, il n’embrasse pas du tout la même philosophie. Pour lui, le premier grand travail viticole consiste en une observation minutieuse des vignes. Suivant son intuition, il vendange « au coup de coeur et à l’intuition ». Il goûte le raisin et n’attend pas les analyses pour savoir s’il doit le cueillir ou pas : « Si c’est bon au raisin, cela sera bon en cuve. » C’est aussi un travailleur acharné qui n’hésite pas à faire le « sale boulot » dit-il en parlant de la vinification et des secrets du chai, car « il faut jouer avec ce que nous offre la technologie en respectant tout », affirme-t-il encore. Ses deux premiers millésimes ont été plutôt classiques. C’est à partir de 2007 qu’il a commencé à plus travailler le vin pour obtenir une balance idéale entre le degré alcoolique et l’acidité. Un vin qui désaltère, il s’agit d’une production atypique à Bordeaux. Afin d’obtenir le vin qui lui convient, il joue sur les températures de macération. Il intervient ainsi lors de la vinification car il n’a pas le choix. Au bout de vingt-cinq ans, les vignes sont épuisées par un excès de rendement et d’apport en azote qui déclenche un déséquilibre constant en faisant disparaître les autres oligo-éléments. On peut faire des apports, mais à dose homéopathique et cela prend du temps. Idéalement il faudrait tout arracher et replanter mais Damien n’en a pas les moyens.

Alors qu’il vient de prendre les parts de son associé, il ne peut investir dans l’outil nécessaire au passage en bio et doit toujours travailler avec des désherbants. Sensible à ne pas dénaturer son environnement, il joue sur les périodes de rémanence des produits pour traiter au minimum. À force de traitements, toute vie microbienne a été détruite dans les sols ; il est donc obligé de levurer mais il garde bon espoir de bientôt travailler avec les levures naturelles de ses raisins.

Afin d’enrichir la terre, il réalise des apports de fumier de cheval et de vache, et de marc de raisin : « On revient à des choses que faisaient nos grands-parents. » En mars 2012, la propriété s’agrandit de 2,5 ha et atteint donc 7 ha : « Je pense que ce sera bon avec cela », précise Damien. Il aime particulièrement produire des vins festifs et il lui manquait un pétillant. Son dernier bébé est un 100 % malbec pressé en blanc avec une prise de mousse sur le 2009. Objectif : obtenir « une bulle » à la champenoise avec 6 kg de pression. Il aime particulièrement travailler le blanc et vient de planter du vermentino. Ce cépage donne de très bons vins sur des terres argilo-graveleuses, composante du terroir du domaine.

JPEG - 75.2 ko
Damien Briard d’Agape

Repères :

Damien Briard
42, chemin de la Dame-Verte
33360 Quinsac
Tél. : 05 57 71 44 79 / 06 84 95 59 26
damien@vins-briard.com
www.vins-briard.com

  • Surfaces : 7 hectares.
  • Cépages : cabernet franc, cabernet sauvignon, malbec, merlot, sémillon, sauvignon gris.
  • Cuvées : Agape rouge, Agape blanc, Agape rosé, 20 de table, Clos de la Dame verte.
  • Prix : de 7,50 à 45 €.

Le choix de Septime & Baraou
Le 20 de table. Ce nom de cuvée vient d’être repris par Damien Briard pour signer son « entrée de gamme », une cuvée rouge d’un impressionnant rapport qualité/prix.

Pour commander Le Guide de l’alter-vin sur le site de François Bourin :


Poster un nouveau commentaire

| Copyright © 2007-2015 Mistelle.fr | Tous droits réservés.
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.